Tunisie : le Premier ministre évoque sa démission

Publié le par Gérard

Le Premier ministre Hamadi Jebali (ici le 7 janvier 2013) est entré en conflit avec le parti islamiste Hennahda, dont il est le numéro deux.
Le Premier ministre Hamadi Jebali (ici le 7 janvier 2013) est entré en conflit avec le parti islamiste Hennahda, dont il est le numéro deux. (photo Ismail Zetouni. Reuters)

Plus de 3.000 manifestants scandaient samedi des slogans pro-islamistes et anti-français dans le centre de Tunis lors d’un rassemblement à l’appel du parti islamiste au pouvoir Ennahda alors que la Tunisie est entrée dans une période de crise politique depuis l’assassinat d’un opposant.

La manifestation vise aussi à condamner «l’ingérence française», à la suite de propos du ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, qui a dénoncé cette semaine un «fascisme islamiste» après l’assassinat mercredi de l’opposant Chokri Belaïd dont les proches accusent Ennahda.

«France dégage» et «Le peuple veut protéger la légitimité» du pouvoir en place, criaient ces militants qui défilent sur l’avenue Habib Bourguiba, axe névralgique du centre de la capitale où se trouve aussi l’ambassade de France.

 

 

A lire aussi : En Tunisie, des manifestations pour funérailles et Le Premier ministre persiste, Ennahda résiste, par notre correspondante à Tunis

Commenter cet article