SeaFrance: NKM demande aux salariés de «prendre en main leur destin»

Publié le par Gérard

NKM.jpg

Invitée de Bourdin 2012 (RMC/BFMTV) ce mardi, la ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, appelle les salariés de SeaFrance à reverser à la société les indemnités exceptionnelles qu'ils vont toucher pour sauver la compagnie.

La Rédaction | RMC.fr | 03/01/2012
 

 

© BFMTV La ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, sur BFMTV et RMC.

Le gouvernement a décidé de soutenir la création d'une société coopérative ouvrière pour la reprise de la compagnie maritime SeaFrance en liquidation judiciaire. Invitée de Bourdin 2012 ce mardi matin (RMC/BFMTV), a ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, a confirmé que l'Etat - via la SNCF - propose aux salariés le versement d'indemnités « extra-légales » dont le montant sera situé « dans une fourchette » de 50.000 à 60.000 euros. A charge pour eux de les reverser dans une société coopérative (SCOP).
«Ça relève de la responsabilité de leur choix»
« En septembre, on a proposé un plan pour relancer SeaFrance avec des investissements de la SNCF. Ce plan a été refusé par Bruxelles au titre des aides d'Etat. On nous a dit qu'on ne pouvait pas investir directement dans SeaFrance. A partir de là, il restait deux solutions: soit un investisseur privé, soit ce qu'on appelle une SCOP. La solution de l'investisseur privé a été rejetée par les syndicats (...). Ce que nous proposons aujourd'hui c'est de donner les moyens aux salariés - puisque c'est ce qu'ils souhaitent - d'investir individuellement dans la coopérative, et après c'est leur choix de prendre en main leur destin (...). Mais ça relève de leur responsabilité de leur choix. D'ailleurs c'est le principe d'une coopérative ouvrière, personne ne vous oblige à y entrer. Alors vous pouvez trouver que c'est fragile, en effet, mais nous proposons une solution ».
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article