Sarkozy va annoncer une hausse de la TVA de 1,6 point

Publié le par Gérard

Le chef de l'Etat envisagerait aussi une légère hausse de la CSG sur les placements financiers. Il s'exprimera dimanche soir à la télévision.

 

Le président Nicolas Sarkozy, lors d'une intervention télévisée, le 27 octobre 2011 (© AFP Thomas Coex)

Le chef de l'Etat annoncera, dimanche, une hausse de la TVA de 1,6 point et une légère hausse de la CSG sur les placements financiers, a-t-on appris samedi de sources gouvernementales, confirmant une information du monde.fr, à la veille d'une émission de Nicolas Sarkozy à la télévision.

Ces hausses doivent permettre de transférer sur ces deux impôts une partie du financement de la protection sociale, qui jusqu'ici repose uniquement sur les cotisations salariales et patronales.

Sans vouloir se «lancer dans une critique avant l’heure», le candidat PS, François Hollande, a d’ores et déjà critiqué, sur I-Télé, «un mauvais principe et un mauvais instrument», qu’il juge «tout à fait inopportun». Interrogé «sur l'hypothèse» de cette hausse de 1,6 point, après avoir souligné ne pas vouloir «anticiper sur des annonces», il a expliqué qu’«aujourd'hui les Français connaissent un début de récession, la demande est affaiblie, la consommation est très modeste». «Amputer encore le pouvoir d'achat des Français de un ou deux points me paraît tout à fait inopportun», a-t-il poursuivi.

Le président sortant s'exprimera de 20H10 à 21H15 sur six chaînes -TF1, France 2, BFM TV, I-Télé, LCI et La Chaîne parlementaire- devant quatre journalistes, Claire Chazal, Laurent Delahousse, François Lenglet et Jean-Marc Sylvestre. L'intervention télévisée de dimanche soir est censée revêtir à la fois un enjeu économique mais aussi politique, à mois de trois mois d'un scrutin présidentiel où il est donné largement battu.

A l’origine, il était question de permettre à Sarkozy de dévoiler des «mesures fortes et structurelles», selon les termes de François Fillon, dans la foulée du sommet du 18 janvier avec les partenaires sociaux. Une «mesure forte» sur le logement devrait aussi être annoncée, selon une source proche du dossier.

Les sanctions devraient en outre être «durcies» pour les entreprises de plus de 250 salariés qui n'emploient pas suffisamment d'apprentis.

Avec plus de 2,8 millions de demandeurs d'emploi, un niveau inégalé depuis 12 ans, et une croissance atone, le chef de l'Etat veut montrer qu'il gouverne jusqu'au bout et afficher son volontarisme, une de ses marques de fabrique. Il devra toutefois se montrer très pédagogue pour faire accepter aux Français des mesures impopulaires jusque dans la majorité, qui consistent à relever un impôt indirect, alors que le pouvoir d'achat est déjà en berne, et à vider complètement de leur substance les 35 heures.

(AFP)

Commenter cet article