Royal prend les devants et se dit prête au "sacrifice" de sa candidature en 2012

Publié le par Gérard

 

En exigeant pour des raisons très argumentées un "vrai référendum" sur les retraites et en se plaçant sur le terrain du rassemblement des socialistes quitte à sacrifier à sa propre candidature, Ségolène Royal se replace au centre du jeu politique.

Invitée de l'émission C Politique de Nicolas Demorand, Ségolène Royal a longuement défendu l'exigence démocratique d'un référendum sur la question des retraites avec pour objectif d'obtenir du pouvoir une réforme juste et consensuelle. A l'appui sa démonstration, l'inefficacité, l'injustice et surtout l'illégitimité de la réforme que tente selon elle d'imposer Nicolas Sarkozy aux Français.

La réforme injuste dans son financement mais aussi parce que elle aurait pour principale résultat d'abaisser le niveau des pensions sans pour autant résoudre l'urgence sociale que constitue le chômage des jeunes endémique, d'où son inefficacité sur le long terme.  

Citant ensuite 3 interventions de Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal a démontré que Nicolas Sarkozy n'avait pas la légitimité démocratique pour revenir sur la retraite à 60 ans. Ainsi
dans une déclaration de mai 2008 sur RTL, Nicolas Sarkozy a déclaré à propos de la remise en cause de l'age légal de départ à la retraite: "Ce n'est pas un engagement que j'ai pris devant les Français, je n'ai pas de mandat pour cela".

"Moi, je veux un vrai référendum", a-t-elle dit sur France 5, en expliquant que le référendum d'initiative populaire prévu par la réforme constitutionnelle du 21 juillet 2008 pouvait être utilisé "à la demande d'un cinquième du Parlement et d'un dixième des électeurs inscrits", "soit à peu près 4 millions et demi de citoyens qui peuvent venir pétitionner sur internet pour exiger du pouvoir un référendum".

Puis vint la surprise...

En fin d'émission, Nicolas Demorand a bien entendu posé la question qui sans cesse et à chaque émission revient, toujours et encore. Ségolène Royal sera-t-elle candidate aux primaires et donc à la présidentielle?


Avec une sincérité palpable, elle a expliqué que son "objectif principal est de sortir la France de la crise et soit débarrassée de Nicolas Sarkoz" en enclenchant un mouvement de rassemblement qui va "de la gauche radicale jusqu'aux déçus du Sarkozysme".

Avec cet objectif en vue, Ségolène Royal a expliqué être prête à soutenir "tout dispositif gagnant" ajoutant "que ce soit pour soutenir un candidat ou que ce soit pour être candidate".

Pour elle, ce "dispositif gagnant" nécessite "un projet capable de projeter la France dans le futur" et qui reprenne l'essentiel des valeurs qui sont les siennes, un parti et un appareil qui soutiennent la candidate ou le candidat, qui enfin la personne qui "grâce à ce projet, est capable d'être au second tour et de rassembler de l'extrême gauche jusqu'aux centristes humanistes et jusqu'aux déçus du sarkozysme".

C'est à cette seule condition qu'elle voit la gauche gagner.

Et Ségolène Royal d'ajouter : "Oui bien évidemment, je préfère faire le sacrifice d'une ambition personnelle et voir gagner la gauche que le contraire".

L'ex-candidate à la Présidentielle offre ainsi un cinglant démenti à tous ceux qui distillait de façon malveillante la volonté de se présenter coûte que coûte y compris en dehors du PS.

Une manière aussi de se retirer toute pression, de conserver sa liberté et la mettre, la pression, sur
Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry auxquels elle administre une leçon d'unité, eux qui n'ont eu de cesse de chercher à l'isoler et à la marginaliser, malgré ce qu'elle représente aux yeux de très nombreux français.
A eux maintenant de se positionner par rapport à elle et de répondre à cette exigence d'unité et de rassemblement, tant réclamée par les Français et mais aussi première condition d'une victoire de la gauche.

Elle se replace donc au centre du jeu politique laissant ouvertes toutes les possibilités. Celle du soutien à
"un dispositif gagnant" où elle serait alors la faiseuse de Reine ou de Roi qui ferait gagner "'essentiel des valeurs qui sont les siennes" et ... celle de sa propre candidature dans le cadre de ce même "dispositif gagnant".

Voici l'extrait de l'émission où Ségolène Royal présente cette idée de 'dispositif gagnant"

 

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article