Retraites: et si on se trompait de combat? .

Publié le par Gérard

 

Mardi 25 mai, Eric Woerth annonçait sans détour la fin de la retraite à 60 ans sans vraiment faire de vague. Sauf du côté des syndicats qui ont manifesté jeudi 27 mai contre cette mesure. Un rassemblement moyennement suivi qui devrait en appeler d'autres.



dessin : Louison
dessin : Louison
 

La mobilisation sur la retraite a été moyenne (un million selon les syndicats). Pour le blogueur de l’Hérétique, les syndicats font fausse route. Selon lui, la question de l’âge limite de départ à la retraite n’est pas une vraie question, mais c’est le problème de l’emploi dans sa globalité qu’il importe de régler.

La retraite à 60 ans ? Il y a une alternative!

Arrêtons de nous focaliser sur l’âge de la retraite, et permettons à chacun de choisir le moment de quitter la vie active, une fois toutes ses annuités acquises. Et profitons-en pour supprimer l’âge couperet de 70 ans, au-delà duquel un employeur peut mettre d’office un salarié à la retraite. C’est ce que propose Laurent Neumann.

Retraites: le piège de la gauche

Avec la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy se remet en selle après sa chute des régionales et parvient à faire ce pour quoi il est peut-être le plus doué : diviser ses adversaires. Par Gérald Andrieu

Retraite: les jeunes en ont rien à carrer!

Sur Slate.fr, Titiou Lecoq analyse le nouveau rapport au salariat noué par les jeunes à travers l’enchaînement des stages, missions, CDD, etc. Dans un monde où l’emploi est précaire, la philosophie de la débrouille s’est installée. Alors pour ce qui est des retraites, on verra bien...

Apathie: Aubry a commis un crime de lèse-journaliste

Mercredi 26 mai, les ondes n’avaient que le mot « retraites » à la bouche. Seul l’intrépide Aphatie a osé s’écarter du discours des antennes pour une question autrement plus essentielle: Martine Aubry a-t-elle qualifié les journalistes de « chacals » ? Suffisamment insolent pour que Jean-Michel Aphatie montre les dents. Par Gérald Andrieu

Retraites: toutes les radios sont pour la rigueur...ou presque

Pas moins de trois responsables de la majorité sur les radios ce matin pour parler «retraites», c’est beaucoup. Surtout quand les interviewers prennent soin de lier la réforme des retraites à la question de la rigueur… Par Gérald Andrieu et Philippe Cohen

Todd: le débat sur les retraites n'a aucun sens
 
Dans une interview à nos confrères du progrès, Emmanuel Todd exprime de façon claire et rationnelle ce que beaucoup de gens ressentent : se soucier de la question de la retraite alors que la société française ne parvient pas à donner du travail à ces jeunes est une vraie bizarrerie. Une position que devraient méditer les responsables du PS. Par Francis Brochet, le progres.fr
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LADY MARIANNE 09/06/2010 17:14



bonsoir Gérard

ils parlent de mettre les cotis du  privé et publiques au même taux !! une bonne chose si ça se réalise -si ce n'est pas encore du pipeau
il faut du travail pour les gens en âge d'exercer et les cotisations pourrons rentrer-
mais pas de contrats aidés à la noix où les employeurs ne cotisent peu ou pas et remplacent chaque année le salarié - pour refaire un contrat aidé -µ
rien ne va de toute façon
hier c'est POLE EMPLOI qui faisait grève - même pas assez d'ordi pour tout le personnel présent sur place !!!
et les anciens de l'ANPE ne savent pas répondre aux questions concernant les assédics
encore une bourde - chacun son métier et les vaches seront bien gardées

je t'embrasse   Lady marianne



Gérard 09/06/2010 17:38



oh tu sais le privé et le publice c'est pas fais encore cela fait la nuit des temps que cela existe. Et ils ont une meilleure retraite de tout façon. Du travail il y en a pas un point c'est tout
cette retraite me fait vomir à 50 ans on te dégage et on te demande de travailler plus c'est vraiment se foutre de la gueule du monde. Ah si POLE EMPLOI est en grève alors là on est bien parti.
La France fout le camp avec ce salaud de Sarkozy, un jour j'espère qu'il sera entendu pour ses actes. Je t'embrasse bien fort Lydie