Pourquoi la France entre en guerre au Mali

Publié le par Gérard


Manifestation au Mali pour une intervention militaire internationale, le 8 décembre (Harouna Traore/AP/SIPA)

La France, craignant que le nord du Mali ne devienne, au cœur de sa sphère d’influence en Afrique, un sanctuaire de groupes terroristes, a décidé d’intervenir militairement, déployant vendredi des Mirages et des hélicotères de combats pour stopper une colonne de combattants avançant vers le sud.


Il s’agit, selon le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, de « stopper la menace terroriste ». Cette menace, a-t-il déclaré lors d’une courte intervention télévisée samedi matin, porte non seulement sur les pays africains, mais aussi « sur la France et l’Europe ».


L’intervention au Mali – qui a pour nom de code « Serval », du nom d’un félin africain – a été engagée après l’adoption, le 20 décembre, de la résolution 2085 par le Conseil de sécurité de l’ONU et après consultation des responsables des principales formations politiques françaises. La résolution de l’ONU « autorise le déploiement d’une force internationale au Mali », la MISMA.


Jean-Yves Le Drian lors de la conférence de presse, ce samedi matin (capture d’écran de BFMTV)

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a donné samedi matin une conférence de presse pour décrire la situation et évoquer l’autre opération militaire, engagée en Somalie pour libérer un agent de la DGSE (voir encadré). Selon lui, la menace en jeu est « la mise en place d’un Etat terroriste à portée de l’Europe et de la France, dans les mains de groupes proche d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) ».

1

Comment le nord du Mali est devenu une zone dangereuse ?

 


Carte du Mali et de ses pays frontaliers

Le nord du Mali est occupé par des Touaregs rêvant d’indépendance. Certains d’entre eux sont arrivés de Libye après la chute de Kadhafi. Une offensive a été engagée en janvier dernier par des combattants indépendantistes du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA).


Le 22 mars, le capitaine Amadou Aya Sanogo a pris le pouvoir à Bamako à l’occasion d’un putsch. Sanogo affirmait vouloir rétablir l’intégrité du pays, mais c’est l’inverse qui s’est produit : en moins de deux semaines, les forces du MNLA se sont emparées de la moitié nord du pays.


L’opération en Somalie

La France est également intervenue vendredi en Somalie, lors d’une opération commando au terme de laquelle on compte plusieurs morts. Un militaire français est mort, un autre disparu et l’otage qu’il s’agissait de libérer, Denis Allex (un agent de la DGSE), est également mort, selon Paris, vraisemblablement tué par ses geôliers. Du côté des ravisseurs, 17 combattants islamistes auraient été tués. Mais cette opération est distincte de l’intervention au Mali.


D’autres groupes, concurrents du MNLA, ont émergé dans la région, recrutant des combattants. Certains sont liés à AQMI, comme Ansar dine ou le Mujao. Ils ont occupé une grande partie de la région, y imposant la charia de façon souvent violente (châtiments corporels, restriction des libertés...).


Le problème dépasse la zone malienne : des groupes islamistes radicaux risquent de s’installer durablement dans la région sahélienne, de la Mauritanie au Nigeria.

La communauté internationale, à commencer par la France et plusieurs pays africains, se sont donc alarmés de ce qui se passait dans cette région instable. Une force militaire de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), regroupant 15 pays, est actuellement entraînée pour une intervention.

2

Pourquoi la France est-elle intervenue vendredi ?

 


L’opération s’appelle « Serval », du nom du félin africain (Wikimédias commons)


Elle l’a fait à la demande du président malien, Dioncounda Traore, qui cherche à repousser une offensive des rebelles du nord : ils avaient capturé la ville de Konna jeudi et menaçaient de prendre Mopti (100 000 habitants). Avec l’appui de la France, l’armée malienne a repris Konna.


La France a déployé des hélicoptères jeudi après midi, sur décision du président français. Ils ont stoppé la colonne se dirigeant vers Mopti, mais un pilote français, visé par un tir nourri, est mort des suites de ses blessures, a annoncé Jean-Yves Le Drian.


Samedi matin, le ministre de la Défense a résumé ainsi la situation :

« La situation au Mali est grave. Elle s’est détériorée rapidement ces derniers jours. Les groupes terroristes, profitant des délais inévitables pour la mise en œuvre des décisions internationales, ont lancé une offensive qui vise à déstabiliser le Mali dans son ensemble. (...) Il fallait réagir avant qu’il ne soit trop tard. »


La prise de Konna par les rebelles, jeudi, posait abruptement la question de la crédibilité de l’ONU et de la France, et de leur capacité à aider un pays englué dans un conflit régional.

3

Quelle est la sortie de crise envisagée ?

 

L’idée est de pousser le MNLA à négocier avec Bamako. En cas d’accord, il sera plus facile d’intervenir au nord du Mali contre les groupes les plus radicaux. Pour donner des chances à cette négociation, il fallait accroître la menace d’intervention militaire, d’où la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Les combattants islamistes du Nord entendent pour leur part faire dérailler le processus : d’où leur offensive vers le nord, jeudi.


  • Une solution politique : elle passe par des négociations, avec le MNLA et tous les groupes non-terroristes acceptant d’entrer dans un tel processus. Elle passe également par un processus de réforme constitutionnelle et de nouvelles élections au Mali.

  • Une intervention militaire internationale : la résolution de l’ONU ne précise pas de calendrier pour une intervention militaire forces de la CEDEAO doivent préalablement être formées, ce qui peut prendre plusieurs mois.

    La taille du Mali comparée à celle de la France

  • Il faut s’attendre, à l’automne prochain, à une intervention coordonnée, visant à traquer les groupes islamistes les plus radicaux. Mais le terrain, semi-désertique, n’est pas simple à couvrir : il est grand comme la France.

Commenter cet article