Polémique autour des propos racistes et antisémites d'un responsable de la Bundesbank

Publié le par Gérard

BERLIN (AP) — Des membres du gouvernement et des communautés musulmane et juive d'Allemagne ont dénoncé dimanche les propos racistes et antisémites d'un des membres du directoire de la Banque fédérale, qui n'en est pas à son coup d'essai et déclenche cette polémique juste avant de sortir un livre.

 

Thilo Sarrazin, 65 ans, membre du Parti social-démocrate (SPD, opposition) de centre-gauche, déclare dans un entretien au journal dominical "Welt am Sonntag" que "tous les juifs partagent le même gène" et que "les immigrés musulmans ne s'intègrent pas aussi bien que les autres groupes d'immigrés en Europe". "Les raisons à cela ne viennent apparemment pas de leur origine ethnique mais sont enracinées dans la culture de l'islam", ajoute-t-il.

 

Plusieurs députés ont en vain exigé sa démission de la Bundesbank et son départ du SPD.

Le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle (FDP, libéraux) estime dans un entretien à l'hebdomadaire dominical "Bild am Sonntag" que "les remarques qui alimentent le racisme ou même l'antisémitisme n'ont pas leur place dans notre discours politique".

 

Pour le ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg (Union chrétienne-sociale, CSU, centre-droit, parti frère de la CDU de la chancelière Angela Merkel), Thilo Sarrazin "a franchi les limites de la provocation".

 

Les dirigeants des communautés juive et musulmane allemandes ont également condamné les propos du banquier. "Celui qui essaie d'identifier les juifs par leur code génétique succombe au racisme", a déclaré à l'agence de presse DDP Stephan Kramer, du Conseil central des juifs d'Allemagne.

 

L'an dernier, Thilo Sarrazin, ancien responsable des Finances de la ville de Berlin, s'en était pris aux musulmans, "ceux qui vivent au crochet d'un Etat qu'ils rejettent, qui ne sont pas suffisamment concerné par l'éducation de leurs enfants et font constamment de nouvelles petites filles portant le voile". Il avait fini par présenter des excuses.

 

Un représentant de la communauté turque en Allemagne, Kenan Kolat, a exhorté Angela Merkel à limoger M. Sarrazin de la Bundesbank. Maria Böhmer, ministre adjointe à la Migration, aux réfugiés et à l'intégration, a accusé le banquier de "livrer un tableau déformé de l'intégration en Allemagne, qui ne résistera à aucune recherche scientifique". "Nous avons besoin de soutenir le potentiel (des immigrés), pas d'exercer une discrimination (à leur encontre", a-t-elle estimé dans un communiqué.

 

Selon une étude officielle réalisée en 2009, l'Allemagne compte entre 3,8 et 4,3 millions de musulmans, soit 4,6 à 5,2% de la population. Environ 63% déclarent avoir des origines turques. Plus de 16 millions d'Allemands possèdent des origines étrangères, soit près de 20% des 82 millions d'habitants.

 

Thilo Sarrazin déclenche la polémique alors que son sort son nouveau livre. Dans certains extraits publiés par les médias allemands, il y écrit que les immigrés ont bien plus profité que contribué au système sociale allemand et qu'ils rendent la société "plus bête" car ils sont moins éduqués mais ont plus d'enfants que les Allemands "de souche".

 

Le chef du PSD, Sigmar Gabriel, a pris ses distances avec M. Sarrazin la semaine dernière. "Si vous me demandiez pourquoi il veut toujours appartenir à notre pays: je ne sais pas non plus", a-t-il lâché. AP

Commenter cet article