Même Benoît XVI n'en peut plus de Sarkozy !

Publié le par Gérard

Nous avions déjà eu l'occasion de rappeler sur ce blog, qu'en règle générale, lorsqu'il s'agissait de défendre les malheureux, les délaissés, les abandonnés, l'Eglise catholique, n'en déplaise à beaucoup, ne se trompait jamais de combat.

 

Ce dimanche 22 août, Benoît XVI, s'adressant lors de la prière de l'Angelus à des pélerins français, a donc adressé un petit message au chef de l'Etat français et ses ministres qui, souvent, justifient le pire de leur politique en prétendant s'inscrire dans la tradition et les racines chrétiennes de la France.


"Les textes liturgiques de ce jour nous redisent que tous les hommes sont appelés au salut. C'est aussi une invitation à savoir accueillir les légitimes diversités humaines, à la suite de Jésus venu rassembler les hommes de toute nation et de toute langue", a déclaré le pape. Et de sa résidence d'été de Castel Gandolfo, près de Rome, il en a profité également pour exhorter les parents à élever leurs enfants dans la tolérance. "Chers parents, puissiez-vous éduquer vos enfants à la fraternité universelle", a-t-il dit.

 

Venant d'un pape réputé être un intellectuel conservateur, cette sortie vaut plus qu'avertissement. C'est une condamnation. Et cette condamnation indique à tous les catholiques de France la voie la plus juste : il faut abandonner le sarkozysme, ce pouvoir étranger au catholicisme et incompatible avec le christianisme.

 

Si l'on tire toutes les conclusions qu'imposent le message papal, il est clair que le sarkozysme, considéré comme étranger aux racines chrétiennes d'un pays qui fût longtemps "fille aînée de l'Eglise", est, en dépit de ses proclamations, politiquement et culturellement anti-français. 

Certes, il ne faut pas être nécessairement catholique pour être français de droit, merci au législateur de 1905 d'avoir séparé les Eglises de l'Etat. Mais il serait absurde, faux et stupide de nier les fondations judéo-chrétiennes de notre pays et leur apport à la construction du socle de 1789. 

 

C'est à ce stade que l'on peut introduire la subtile distinction qu'il convient d'opérer entre entre le juridique et le politique afin de mieux discerner le simple citoyen juridiquement français du citoyen authentiquement français, au plan juridique ET politique. Le français authentique se réclame de l'héritage de 1789 et ne nie pas, même s'il est athée, agnostique ou autre les fondations chrétiennes du pays. En revanche, celui qui s'affranchit tout à la fois des racines chrétiennes de la France, et de l'héritage de 1789, celui-là, assurément, n'est plus, d'un point de vue politique, authentiquement français. Il est bien français de droit, mais pour le reste, le danger qu'il représente doit être politiquement combattu, comme l'exige la démocratie française. On laissera au lecteur le soin de juger, de ce point de vue, les actes de l'actuel gouvernement.

Commenter cet article

UNE VICTIME 25/08/2010 14:08



bonjour Gérard
je pense que l'Eglise devrait s'occuper des ses pédophiles et non pas du gouvernement
il y a bien eu séparation de l'Eglise et de l'état
pourquoi les églises se vident - les curés doivent dire la messe dans plusieurs village un dimanche chacun !!! 
que l'Eglise regarde la poutre qu'elle a dans l'oeil et pas notre paille

en situation irrégulière - on ne serait pas accepté non plus dans d'autres pays
l'Allemagne - la Suisse
la hongrie touche de l'argent pour aider les roms -
mais même la hongrie n'en veut pas
nous ne sommes plus la france riche et vache à lait
désolée - ils ont depuis longtemps contribué à leur réputation
il y a un petit vieux en tôle il a tiré sur deux femmes rom qui le cambriolaient
il aurait du les aider à vider sa maison !!
bises  Lady marianne



Gérard 27/08/2010 03:24



Toi tu ne vois la réputation que te sert Nicolas Sarkozy sur un plateau et tu avales tout. Je n'ai que cela à diire Bises Gérard