Le Venezuela décrète sept jours de deuil après la mort de Chávez

Publié le par Gérard

(Reuters)

Le gouvernement a déployé l'armée dans tout le pays et fait savoir que des élections seraient organisées d'ici trente jours.

Par LIBERATION Avec AFP

Le président vénézuélien Hugo Chávez est décédé mardi à Caracas à 58  ans des suites de son cancer diagnostiqué en juin 2011, sans avoir pu prendre congé de ses compatriotes, point final de 14 années de pouvoir sans partage qui ouvre la voie à des élections anticipées.

«Nous avons reçu l’information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissions annoncer à notre peuple. A 16h25 aujourd’hui 5 mars, est mort notre commandant président Hugo Chávez Frias après avoir combattu avec acharnement contre une maladie depuis près de deux ans», a déclaré dans une allocution retransmise par toutes les chaînes de télévision du pays le vice-président et héritier désigné, Nicolas Maduro, au bord des larmes.

Agé de 50 ans, Nicolas Maduro devrait être le candidat du Parti socialiste au pouvoir pour l’élection présidentielle anticipée dont l’organisation doit intervenir dans les 30 jours, selon la Constitution. Il sera probablement opposé au gouverneur Henrique Capriles, 40 ans, candidat malheureux contre Hugo Chávez en octobre.

Le ministre des Affaires étrangères Elias Jaua a annoncé par la suite que Nicolas Maduro assurera l'intérim jusqu'à la prochaine élection. «Maintenant qu’il existe une vacance absolue (de la présidence), le vice-président de la République assume (la fonction) de président et une élection est convoquée dans les 30 prochains jours. C’est le mandat que nous a donné le commandant président Hugo Chávez», a-t-il dit à la télévision Telesur.

Réduit au silence au cours des trois mois qu’a duré son agonie, Hugo Chávez avait préparé sa succession en chargeant le vice-président d’assurer la transition et de se présenter en tant que candidat du parti socialiste au pouvoir en cas d’élection. «Nous allons être les dignes héritiers d’un géant», a d’ailleurs assuré Nicolas Maduro, au bord des larmes.

Peu après l'annonce de la mort du comandante, la capitale, Caracas, a plongé dans le silence. De nombreux commerces et l’ensemble des transports publics ont immédiatement cessé de fonctionner alors que des centaines de partisans du comandante, visiblement incrédules, sont spontanément sortis dans la rue. Le gouvernement vénézuélien a décrété sept jours de deuil et fait savoir que la dépouille de Chávez serait exposée dès mercredi dans le hall de l'Académie militaire de la capitale du pays. Les obsèques du comandante sont prévues vendredi.

Sur la scène internationale, les réactions n’ont pas tardé. Les pays d’Amérique du Sud ont été les premiers à s’exprimer.

Chronologie animée: «Du putch manqué à la dérive autocratique»

A lire: les principales réactions sur la mort du commandante

Commenter cet article