Le septuagénaire qui a tiré sur deux cambrioleuses reste en prison: son comité de soutien veut "durcir le ton"

Publié le par Gérard

 

René Galinier, est ce septuagénaire qui a tiré, avec son fusil de chasse, sur deux jeunes cambrioleuses qui étaient entrées par effraction dans sa maison, à Nissan-lez-Ensérune, dans l’Hérault.

Depuis le 5 août, le vieil homme est incarcéré à la maison d’arrêt de Béziers.

Mercredi, la chambre de l’instruction de la Cour d’appel a rejeté la demande de Me Bousquet, son avocat, qui souhaitait que son client soit libéré sous contrôle judiciaire, précise Midi Libre.

Les magistrats de la Cour d’appel ont estimé que le maintien en détention de René Galinier est le seul moyen de mettre fin « au trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public provoqué par la gravité de l’infraction, les circonstances et l’importance du préjudice qu’elle a causé ».

Mercredi, après la décision des magistrats, Me Bousquet a indiqué qu’il respectait « l’arrêt » tout en regrettant que la chambre de l’instruction évoque pour le maintien de son client en prison, que « l’affaire a soulevé une émotion considérable se manifestant par des prises de position publiques nombreuses, contradictoires et passionnées » ».

Et l’avocat d’enfoncer le clou :

« Qu’est-ce qu’il peut y faire Galinier. Il n’est pas raciste, pas marqué politiquement. Son geste n’est que le résultat d’une exaspération ambiante née du discours politique général du moment. L’affaire devient emblématique et il faudrait qu’il paye ? »

A l’annonce du maintien en détention de René Galinier, Claude Vayssière, le président du comité de soutien au septuagénaire a indiqué :

« Nous sommes restés discrets jusqu’à présent. Nous avons maintenu le calme. Cela n’a pas abouti, nous allons changer d’attitude, durcir le ton. Mardi ou mercredi prochain, une assemblée générale élira un nouveau bureau. Il décidera des actions à mener pour faire libérer René ».

Selon Midi Libre, des manifestations ou des barrages routiers pourraient être décidés, par le comité de soutien.

Un comité de soutien fort des 7.000 signatures de sa pétition qui demande la libération de René Galinier.

Me Bousquet devrait déposer une nouvelle demande de remise en liberté de son client, d'ici à deux semaines.

 


Agrandir le plan

Commenter cet article

ema2100 20/08/2010 18:04



Bonjour,


Un contrôle judiciaire est largement


suffisant dans cette affaire,ce n'est


pas un criminel.


Bonne soirée.


ema2100.



Gérard 23/08/2010 03:25



surtout à son âge mais que veux tu c'est la poltique de Sarkozy Bises EMA