Le comédien Bernard Giraudeau est mort ..

Publié le par Gérard

 

L'acteur est décédé à l'âge de 63 ans des suites d'un cancer.

Bernard Giraudeau (AFP)

 

Le comédien Bernard Giraudeau, qui souffrait d'un cancer depuis plusieurs années, est mort samedi 17 juillet au matin dans un hôpital parisien à 63 ans, a annoncé son agent.

Sur le même sujet

Comédien, réalisateur, écrivain et bourlingueur, il a joué avec le même brio les séducteurs romantiques de comédie et les héros tragiques, ambigus ou violents avant de passer à la réalisation et, avec succès, à l'écriture. L'an dernier il était cité comme l'un des sexagénaires préférés des Français dans un sondage pour le magazine Pleine vie.

En plus de trente ans de carrière, ce gaillard au sourire enchanteur et aux yeux clairs qui ne voulait pas être "un fonctionnaire de la pellicule", a cultivé nombre de passions : théâtre, cinéma, voyage, écriture, sport.

 

Militaire puis comédien

Né le 18 juin 1947 à La Rochelle en Charentes-Maritimes, fils de militaire, Bernard Giraudeau s'engage à 15 ans dans la Marine nationale et fait deux fois le tour du monde à bord de la Jeanne d'Arc. S'il exerce divers métiers aux Halles ou dans une agence de publicité, il commence le théâtre à La Rochelle à 20 ans. Il s'inscrit au Conservatoire de Paris, où il obtient un premier prix de comédie classique et moderne (1974).

Il apparaît au côté de Jean Gabin en 1973 dans le polar de José Giovanni "Deux hommes dans la ville", puis enchaîne dans son registre préféré, la comédie -- "Et la tendresse, bordel?" (1978), "Viens chez moi, j'habite chez une copine" -- où il rencontre le succès. Capitaine séducteur dans "Passion d'amour" (1980), d'Ettore Scola, Bernard Giraudeau passe du héros romantique au loubard, justicier solitaire dans "Rue Barbare" (1983), qui le révèle au grand public. Il est l'un des acteurs les plus populaires des années 1980.

Acteur à la palette large, se glissant aisément de l'univers d'un cinéaste à l'autre, il avait été dirigé notamment par Claude Miller, Nicole Garcia, Patrice Leconte, Olivier Assayas ou François Ozon.

 

Acteur aux multiples facettes

Souvent comparé à Gérard Philipe, il démontre dans ces rôles plus dramatiques, son extraordinaire capacité de métamorphose.

Le flic alcoolique qu'il joue dans "Poussière d'ange" (1987) un polar crépusculaire d'Edouard Niermans, préfigure ses personnages antipathiques ou ambigus des années 90 : prélat poudré ("Ridicule"), patron pervers ("Une affaire de goût"), beauf homosexuel ("Gouttes d'eau sur pierres brûlantes"), psychopathe diabétique ("Ce jour-là").

Parallèlement, Bernard Giraudeau retourne régulièrement sur les planches où il a débuté en 1971 à Paris avec Jacques Fabbri dans "Pauvre France".

Réalisateur, il a également signé deux longs-métrages de fiction, avec "L'Autre" en 1990 et "Les caprices du fleuve" en 1996. Mais il a aussi mené plusieurs documentaires. Ecrivain à succès, il est l'auteur d'une dizaine de romans et de récits,parmi lesquels "Le Marin à l'ancre" (2001), "Les Hommes à terre" (2004) et "Les femmes de nage" (2007). Son dernier livre "Cher Amour", édité chez Métailié dont il était l'un des auteurs-phare, où un narrateur adressait récits de voyage et de théâtre à une femme rêvée, avait remporté le Prix Pierre Mac Orlan en 2009.

 

Chevalier de la Légion d'honneur

Atteint d'un cancer du rein en 2000 puis du poumon cinq ans plus tard, il a toujours parlé sans tabou de sa maladie, et s'était fait le porte-voix de La Maison du cancer (www.la-maison-du-cancer.com), un site destiné à informer les malades sur la façon de vivre le cancer au quotidien. En mars lors de la Semaine nationale de lutte contre le cancer, l'acteur s'était fait le porte-parole des patients "confrontés aux dysfonctionnements croissants de l'hôpital".

En juillet 2009, le comédien avait lu des lettres du poète Cesare Pavese, au festival de la correspondance à Grignan (Drôme).

Chevalier de la Légion d'honneur, Bernard Giraudeau a eu deux enfants de la comédienne Anny Duperey, Gaël et la comédienne Sara, qui a remporté le Molière 2007 de la révélation féminine théâtrale.

 

(Nouvelobs.com)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

petibon 19/07/2010 17:18



salu a toi l artiste tu resteras dans nos coeur a jamais merci pour ta lecon de courage  cordialement domi dany



Gérard 20/07/2010 02:53



oui quelkle leçon de courage Mais il est parti et cela laisse un grand vide



LADY MARIANNE 19/07/2010 17:15



oui une triste nouvelle - d'autant plus surprise que je ne le savais pas malade
c'est dû à sa discrétion
un artiste que j'appréciais - les meilleurs partent -

bises   lady marianne



Gérard 20/07/2010 02:54



oui tu as raiszon c'est toujours les meilleurs qui s'en vont C'est bien triste et émouvant Bises Lydie