«Je dois reconnaître mon incapacité à exercer mon ministère...»

Publié le par Gérard

Pope Benedict walks at the end of his weekly Wednesday general audience at the Vatican September 14, 2005. REUTERS/Tony Gentile TG/KS - RTRNXUR
Pope Benedict walks at the end of his weekly Wednesday general audience at the Vatican September 14, 2005. REUTERS/Tony Gentile TG/KS - RTRNXUR (REUTERS)

A 85 ans, Benoît XVI a reconnu«n'avoir plus les forces» nécessaires. Sa renonciation sera effective le 28 février. Son successeur devrait être connu fin mars.

Par LIBERATION Avec AFP

Le pape Benoît XVI a annoncé lundi sa démission à partir du 28 février, dans un discours prononcé en latin lors d’un consistoire au Vatican, a annoncé à l’AFP le porte-parole du Saint-Siège. «Le pape a annoncé qu’il renoncera à son ministère à 20 heures, le 28 février. Commencera alors la période de "sede vacante" (siège vacant)», a précisé le père Federico Lombardi, dans une annonce quasiment sans précédent dans l’histoire de l’Eglise catholique. 

 

A lire aussi  «En se retirant, il fait preuve de modernité»

Le porte-parole du Vatican a précisé qu'un nouveau pape devrait être désigné «pour Pâques», le 31 mars, ajoutant qu’un conclave devrait être organisé dans les 15-20 jours suivant la renonciation du pape.  Benoît XVI, qui est âgé de 85 ans et ne prendra pas part au conclave, devrait se retirer dans un monastère dans l’enceinte du Vatican, après avoir séjourné dans un premier temps dans la résidence d'été papale de Castel Gandolfo, près de Rome.

 

Dans une conférence de presse, le père Lombardi a également admis que «le pape nous a pris un peu par surprise, en outre un jour férié pour le Vatican». Selon lui, le pape a «saisi l’occasion qu’un grand nombre de cardinaux étaient réunis à Rome» pour le consistoire. «La plupart n’en avaient pas été informés à l’avance», a-t-il assuré.

 

En revanche, le frère du pape, Georg Ratzinger, n'a pas été surpris par cette annonce, et a déclaré qu'il savait «depuis quelques mois» que Benoît XVI envisageait de renoncer à son pontificat.

A lire aussi En août 2012, Libération avait publié deux portraits imaginaires du pape. La règle du jeu était la suivante : il s’agissait de réinventer deux rencontres à des moments particuliers de la vie de personnages célèbres, en se servant d'éléments biographiques réels.


Benoît XVI était ainsi saisi en 1975, en théologien allemand revenant à une foi classique et en 2010, en pape néo-conservateur tenu de s’excuser des abus sexuels de membres de l'église.

Le souverain pontife, a ainsi expliqué n'avoir «plus les forces» de diriger l'Eglise en raison de son âge. «Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer de façon adéquate le ministère pétrinien», a indiqué le pape en latin lors d’un consistoire au Vatican, dans la traduction en français qu’en a faite le Vatican par la suite.

 

Le pape a souligné que «dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire».

Cette vigueur s’est «amoindrie ces derniers mois en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié», a ajouté le pape. 

A lire aussi  Un pape pessimiste et intransigeant

Commenter cet article