Financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi : que dit l’article de Mediapart ?

Publié le par Gérard

 

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi au G8 de L'Aquila, en Italie, en juillet 2009. ©REUTERS Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi au G8 de L'Aquila, en Italie, en juillet 2009. ©REUTERS Lundi soir, Nicolas Sarkozy a qualifié les accusations de financement de sa campagne de 2007 par Mouammar Kadhafi de grotesques. Vous n'avez pas compris de quoi il s'agit ? On vous résume.

 


Lundi 12 mars, le site Mediapart a jeté un pavé dans la campagne présidentielle en révélant une note selon laquelle le marchand d'armes Ziad Takieddine aurait organisé le financement par le dictateur libyen Mouammar Kadhafi de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, à hauteur de 50 millions d'euros.


Une information vigoureusement démentie par Nicolas Sarkozy lundi soir dans l'émission "Parole de candidat", sur TF1.

 

 

Vous n'avez pas compris d'où sortaient ces accusations ? Nous avons lu et résumé pour vous l'article de Mediapart.

 

Il porte sur une affaire aux multiples acteurs et nombreux rebondissements. Elle se cristallise autour de la figure de Ziad Takieddine, sulfureux intermédiaire franco-libanais en ventes d'armes, mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi, où il est soupçonné de malversations liées à des contrats d'armement.

Kadhafi2 Financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi : que dit larticle de Mediapart ?

  • Une note où apparaissent "NS" et "BH"

Au cœur des révélations de Mediapart se trouve une note de synthèse remise aux enquêteurs par Jean-Charles Brisard, ancien membre de l’équipe de campagne d'Édouard Balladur, en 1995. Cette même campagne qui est soupçonnée d'avoir été financée grâce à des commissions occultes sur des ventes d'armes au Pakistan.

 

La fameuse note renvoie à un document sur lequel figurent les indications suivantes : "CAMP07 MODALITÉS FIN CAMPAGNE NS RÉGLÉES LORS DE LA VISITE LIBYE NS + BH 06.10.2005" et "FIN CAMPAGNE TOTALEMENT REGLÉ".

 

NS signifie Nicolas Sarkozy, BH Brice Hortefeux. La note indique qu'un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy de 50 millions d'euros a été réglé lors d'un séjour en Libye en octobre 2005. Ziad Takieddine, "ZT", apparaît comme intermédiaire : "PLUSIEURS ENTRETIENS PRÉALABLES ENTRE ZT ET SAIF AL ISLAM", le fils de Mouammar Kadhafi.

 

Ces informations auraient été recueillies par M. Brisard en décembre 2006, auprès du Dr Didier Grosskopf, ancien médecin personnel de Ziad Takieddine et proche de Jean-François Copé. Ce neurochirurgien avait accepté d’accompagner Takieddine en Libye pour soigner des personnes à sa demande, avant que le Franco-libanais ne coupe les ponts avec lui.

 

  • Des informations qui confirment les déclarations du fils de Kadhafi

Déjà, en mars 2011, le fils le plus proche de Kadhafi, Saïf al-Islam, avait fait des déclarations tonitruantes sur Nicolas Sarkozy et la campagne de 2007.

 

"Il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C'est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler" avait-il menacé.

 

Toutefois, ces déclarations se produisant quelques jours avant l’intervention occidentale en Libye, elles n’avaient eu qu'assez peu d'écho en France et n’avait pas donné lieu à l’ouverture d’une enquête.

D'autres éléments de l'enquête semblent aller dans le même sens que la note révélée par Mediapart. Selon le témoignage de l’ex-épouse de Ziad Takieddine, Brice Hortefeux serait venu chercher une grosse somme en liquide au domicile du marchand d’armes, en 2005.

 

Selon Mediapart, Brice Hortefeux servait alors de relais entre Nicolas Sarkozy et Ziad Takieddine, qui ouvrait au ministre de l’Intérieur les portes des pays arabes et servait d’intermédiaire pour des ventes d’armes. Pour ces contrats, Takieddine avait recours à des sociétés offshore dans les papiers desquels apparaissent des commissions occultes d’origine libyenne.

 

Ziad Takieddine a également été l’un des principaux acteurs de la libération des infirmières bulgares, épisode qui a permis la réconciliation de la Libye avec la France et la visite de Kadhafi à Paris, en décembre 2007.

 

Enfin, en mars 2011, Takieddine avait été interpellé à l’aéroport du Bourget, arrivant de Tripoli chargé de 1,5 million d’euros en espèces. Il avait expliqué qu’il était parti remettre à Mouammar Kadhafi un message de Claude Guéant et que cet argent représentait ses propres honoraires.

Commenter cet article