En quoi consiste vraiment la mission de Christine Boutin?.

Publié le par Gérard

 

Christine Boutin, le 9 janvier 2010, à la Maison de la Chimie, à Paris

Christine Boutin, le 9 janvier 2010, à la Maison de la Chimie, à Paris WITT / SIPA

POLEMIQUE - L'ex-ministre gagne 9.500 euros par mois pour son nouveau travail...

«Ce n'est pas une mission bidon, c'est une mission très importante, avec des rendez-vous au plus haut niveau.» C’est ainsi que Christine Boutin, ex-ministre du Logement, a justifié le salaire de 9.500 euros qui lui a été alloué pour mener à bien la mission que lui a confiée Nicolas Sarkozy depuis le mois de décembre.

Au programme de ce «très gros boulot» qui fait travailler l’ex-ministre comme une «dingue»: «Justice sociale et mondialisation». L’objectif sera de «nourrir les propositions faites» aux G20 de novembre 2010 à novembre 2011 et présidés par la France, explique à 20minutes.fr Vincent You, conseiller auprès de Christine Boutin et rapporteur de la mission.

Une mise au placard?

Pourtant, le scepticisme règne, peut-être même moins sur la rémunération que sur la véritable raison pour laquelle la présidente du Parti Chrétien-Démocrate (PCD, allié à l'UMP) a été choisie pour mener à bien cette requête présidentielle. Les dernières missions spéciales connues, sur la médecine libérale ou encore le service civique, attribuées respectivement à Elisabeth Hubert, ancienne ministre de la Santé, et à Luc Ferry, ancien ministre de

l’Education, ont en effet eu à leur tête des personnalités qu’on pourrait juger «prédestinées».

A gauche, on s’interroge ainsi beaucoup, tel Noël Mamère, sur cette «voix discordante dans la majorité», furieuse d’avoir perdu son portefeuille ministériel en juin dernier, et dont le silence aurait été «acheté» par Nicolas Sarkozy. «Est-ce un vrai renoncement de Christine Boutin à la vie politique? Ou est-ce le salaire d'un renoncement à une candidature à l'élection présidentielle qui pourrait diviser la droite?», se demande également le député socialiste Pierre Moscovici à l’AFP.

«Une ambition sociale très forte»

Christine Boutin estime de son côté ne pas être «bridée» pour autant et Vincent You assure qu’elle est «très impliquée et fait preuve d’une ambition sociale forte». C’est pourquoi elle aurait été officiellement choisie et tels seront les thèmes abordés par sa mission: un fonctionnement cohérent des différentes institutions internationales, l’aide publique au développement, etc.

«C'est une mission importante dans le contexte que nous connaissons aujourd'hui (...) et pour lesquelles elle a eu l'occasion de montrer à plusieurs reprises qu'elle s'impliquait fortement», a renchéri Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement, sur RTL ce mercredi. Trois collaborateurs, et un quatrième à partir de juillet, seriaent d'ailleurs rattachés à la mission de l'ex-ministre. Le tout pour une rémunération totale approchant 22.000 euros par mois, selon l'entourage de Christine Boutin.

Christine Boutin ou «l’image sociale» de la France

De plus, «Christine Boutin incarne bien l’image de la France à l’étranger», souligne Vincent You. Selon le conseiller, elle représente bien «l’image sociale» de notre pays et ce sont des propositions de ce type qui seraient attendues de la part des autres Etats du G20.

 

Pour ce faire, Christine Boutin va consulter les institutions internationales concernées (OMC, OCDE, FAO, Pnud, FMI…), mais également les ministères concernés par le sujet (Travail, Finances, Affaires étrangères), des universitaires, des chefs d’entreprise, et autres grands spécialistes de la mondialisation (Joseph Stiglitz, Mohamad Yunus). «Les audiences commencent tout juste», précise Vincent You.

«Les moyens basiques pour travailler»

Un pré-rapport sera ainsi remis en octobre 2010, «à quelques jours de l’ouverture de la Présidence française du G20». Des rendez-vous avec la présidence suivront au cours de l’année 2011 avec, à terme, la remise d’un rapport «comportant des propositions concrètes».

 

Et pour ceux qui douteraient encore de sa bonne foi, Christine Boutin a décidé d’imiter Christian Estrosi ce mercredi en ouvrant à la presse les portes de son bureau «correct» et «loin d’être somptueux». «Moi, je ne vois pas la Seine, mais ça m’empêche pas de travailler», a indiqué sur Europe 1 l’ancienne ministre, qui considère simplement avoir «les moyens basiques» pour remplir sa mission. De plus, sa Peugeot 407 de fonction n’a même pas toutes les options...

Corentin Chauvel

Commenter cet article

LADY MARIANNE 10/06/2010 17:30



bonjour GERARD


qu'on la paie au smic comme les offres de pôle emploi ! 
pourquoi pas - pour faire communion avec nous les smicards !!
de toute façon c'est magouille et cie !!
honteux - mais ils lui demandent de renoncer à sa retraite le temps de sa mission -µ
sans compter tous ses avantages -
moi on vient de m'annuler mon IRM à 16H prévu demain à 8H3O - depuis mon incident cérébral du 22 mai -le neurologue a un empêchement familial - ils n'en n'ont qu'un !!!!  le service
sera fermé demain !!!  vive la médecine dans le sud !!
avec l'argent qu'ils en mettent des IRM
bisous   Lady Marianne



Gérard 10/06/2010 18:40



Bonjour Lydie Non seulement je suis d'accord avec toi mais je suis révolté par un tel scandale alors que tant de gens souffre. Cette femme est complètelment folle elle ne voit pas les réalités.
Je l'ai vu hier sooir à le télé Elle ne sait même pas quoi dire de concret Tout cela c'est du virtuel Elle n'a pas d'honneur Dans quel monde on vit Quand tu penses que tous les députés coitsent
que 20 ans pour avoir droit à leur 40 annuités tu ne trouves pas cela scandaleux. Je suis éccoeuré. Bises à toi Lydie