En dépit de la mobilisation, le gouvernement tient bon

Publié le par Gérard

Le Champ de Mars, à Paris, dimanche en fin d'après-midi.

Le Champ de Mars, à Paris, dimanche en fin d'après-midi. © Miguel Medina / AFP

 

 

20 h 15. Invitée du journal de TF1, Christiane Taubira, la garde des Sceaux, a réaffirmé sa volonté de mener à son terme cette réforme en écartant l'idée de recourir au référendum. Elle a confirmé que le sort de la PMA sera débattu plus tard. "C'est un texte de loi qui ne retire rien à personne", a lancé la ministre à l'attention des sceptiques. Elle a néanmoins affirmé que le débat au Parlement prendra le temps qu'il faudra.

 

19 h 55. La manifestation d'aujourd'hui restera néanmoins en deçà de celle de juin 1984. Plus d'un million et demi de personnes, selon les organisateurs, et 850 000, selon le ministère de l'Intérieur, avaient défilé pour la défense de "l'école libre". Elles dénonçaient le projet, promis en 1981 par le candidat François Mitterrand et soutenu par son ministre de l'Éducation nationale Alain Savary, de créer un "grand service public unifié et laïque de l'Éducation nationale". Le président Mitterrand annonça le 14 juillet le retrait du projet de loi.

 

17 h 53. L'Élysée sort de son silence. "D'après les premiers éléments, c'est une manifestation qui est consistante. Elle exprime une sensibilité qui doit être respectée", mais "elle ne modifie pas pour autant la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote de la loi", affirme une conseillère de la présidence de la République.

 

17 h 45. La police estime de son côté que 340 000 manifestants ont participé à La Manif pour tous. Ce chiffre est supérieur aux attentes de la police, qui, dimanche matin, disait tabler sur une participation comprise "entre 100 000 et 300 000" personnes.

 

17 h 20. Les organisateurs revendiquent désormais 800 000 manifestants. Ce chiffre a été affiché sur les écrans géants du Champ-de-Mars, point de ralliement des manifestants. Juste avant le décompte, les porte-parole de La Manif pour tous ont lu une lettre à François Hollande lui demandant de "suspendre ce projet de loi qui divise les Français".

 

17 h 15. Le cortège de l'Institut Civitas, proche des catholiques intégristes, dont le départ a été retardé afin d'éviter tout amalgame avec La Manif pour tous, a également parcouru les rues de Paris, dimanche. "Les gens qui viennent ici veulent donner un message de vérité, faire entendre au gouvernement que dans toutes les strates de la population il y a un refus net et catégorique de ce projet de loi qui défigure la famille", a souligné Alain Escada, président de Civitas.

 

REGARDEZ ces images de la manifestation de Civitas :

 

Une manifestante de Civitas, dimanche à Paris. © Kenzo Tribouillard / AFP

17 h 5. "Le Parti socialiste ira jusqu'au bout de la grande réforme de progrès voulue par les Français", indique Harlem Désir, ajoutant : "Le droit à manifester est garanti dans notre pays, mais je tiens à rappeler l'entière détermination des socialistes à inscrire dans la loi le droit pour tous ceux qui s'aiment de se marier et d'adopter."

 

16 h 25. Scène insolite sur BFMTV : un manifestant opposé au mariage gay se fait embrasser en direct par... un autre homme.

 

16 h 10. Les organisateurs de la manifestation affirment avoir rassemblé au moins 500 000 personnes. La police, de son côté, en a compté 120 000.

Des manifestants opposés au mariage gay, dimanche à Paris. © Thomas Coex / AFP

15 h 55. Partout, dans la manifestation, les pancartes proclament "tous nés d'un homme et d'une femme" ou égrènent les revendications des manifestants : "On veut du sexe, pas du genre", "Nos ventres ne sont pas des caddies". On lit aussi : "Papa-maman et les enfants, c'est naturel", "Y'a pas d'ovule dans les testicules", "Mariage gay : la loi prive l'enfant d'une mère ou d'un père". Une autre appelle au secours : "Jospin, reviens, ils sont devenus fous", ou encore plus décalée : "Chirac président !" Et "Mitterrand démission". D'autres slogans sont directement adressés à François Hollande :

 

15 h 35. Le député UMP Lionel Tardy indique sur Twitter - photo à l'appui - qu'il est déjà arrivé sur le Champ-de-Mars, là où convergent les trois cortèges de la manifestation.

15 h 20. Sur Twitter, un Belge propose un deal aux Français :

15 h 10. Présent à la manifestation, le président de l'UMP Jean-François Copé déclare : "Ça a valeur de test pour François Hollande. (...) Les Français ne savent pas que les conséquences premières de cette réforme seront de rayer d'un trait de plume dans le Code civil la référence au père et à la mère."

 

14 h 50. La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine crie (un peu tôt ?) victoire : "Il y a sans doute moins de manifestants que ne l'espéraient les organisateurs", déclare-t-elle sur Canal+. La ministre a par ailleurs ajouté qu'il fallait "entendre, écouter" l'opposition à ce projet de loi, qui sera examiné à compter du 29 janvier à l'Assemblée nationale.

Des manifestants contre le mariage gay à Paris, dimanche. © Thomas Coex / AFP

Commenter cet article