Boko Haram : la vidéo qui menace les otages

Publié le par Gérard

Un extrait de la vidéo du groupe Boko Haram.
Un extrait de la vidéo du groupe Boko Haram. (Photo AFP)

Nigeria. Le groupe intégriste a formulé ses exigences dans un film où il exhibe la famille Moulin-Fournier.

Par MARIA MALAGARDIS, MADJID ZERROUKY

Des enfants assis en tailleur et des menaces de mort : hier, dans une vidéo postée sur le site YouTube, la secte nigériane intégriste Boko Haram a orchestré une mise en scène glaçante, tout en confirmant pour la première fois détenir la famille Moulin-Fournier, enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun. On y voit en arrière-plan le père, Tanguy, assis aux côtés de sa femme, Albane, toute voilée de noir, et de son frère. Et juste devant, les trois adultes français aux visages fatigués, les quatre jeunes enfants du couple, l’air un peu absent.

«Des images terriblement choquantes qui démontrent une cruauté sans limite», a réagi hier soir à Paris Laurent Fabius. Le ministre des Affaires étrangères a lui aussi visionné les trois minutes de vidéo qui montre la famille d’expatriés encadrée de combattants masqués et armés, dans une sorte de tente. Dès le préambule, Tanguy Moulin-Fournier, pâle et mal rasé, lit un texte qui révèle que les ravisseurs font partie de «Ahlu Sunna Lidda’awati Wal Jihad» («Les partisans de la sunna pour la prédication et le jihad»), nom arabe de Boko Haram, mouvement qui mène des actions terroristes depuis 2009 au Nigeria, mais n’avait jamais revendiqué jusqu’à présent l’enlèvement d’Occidentaux.

 

Une surenchère dans la concurrence face à Ansaru ? La branche dissidente de Boko Haram, qui aspire à frapper les «vrais» ennemis de l’islam, à savoir les chrétiens nigérians et les Occidentaux, a déjà revendiqué l’enlèvement d’un otage français, l’ingénieur Francis Collomp, en décembre. Or, hier, l’épouse de ce dernier a elle aussi reçu une vidéo, de la part des autorités françaises, montrant pour la première fois son mari en vie. On en ignore le contenu exact.

 

En revanche, dans la vidéo de la famille Moulin-Fournier, les ravisseurs formulent des revendications précises. D’abord évoquées par Tanguy Moulin-Fournier, puis soulignées à nouveau par l’homme masqué qui se tient juste devant les quatre enfants : en arabe, celui-ci exige la libération des femmes de Boko Haram emprisonnées au Nigeria et de «frères» détenus au Cameroun voisin. Si ces revendications ne sont pas satisfaites, prévient-il, «les otages seront égorgés». Dès hier après-midi, une réunion de crise a été improvisée à l’Elysée, où l’on affirmait jusqu’à présent que les otages avaient été séparés en deux groupes. Il n’en est visiblement rien.

Publié dans Terroristes Islamiques

Commenter cet article