Benjamin Lancar hué à la manif sur les retraites: "j’ai été horrifié par un tel degré de sectarisme"

Publié le par Gérard

Dur, dur d'être un Bejamin. Le pauvre Lancar en a fait les frais, hier, lors de la grande manif parisienne contre la réforme des retraites.

(Capture d'écran Salam93)

Donc, hier, notre sémillant jeune homme, président des jeunes UMP a fait l'expérience que la gauchosphère sévit également dans la rue. Il l'a raconté ce matin sur France-Info et sur son blog.

 

Hier, il se trouvait innocemment et tout à fait par hasard, place de la Nation. Et oui, ça peut arriver à tout le monde de ne pas se tenir au courant des infos. Et puis Benjamin, il faut le comprendre, ne va pas sur Internet où on ne lit que des vilénies écrites par d'affreux trotskistes. Donc, il ne savait pas qu'il y avait la manif.

 

Il avait rendez-vous, il s'y pointe, voilà tout. Et ne voilà t-il pas qu'une équipe d'I>télé le reconnaît. Benjamin, il est serviable. Il voit un pauvre caméraman et un pauvre journaliste,

il s'avance.

 

Et là je le laisse raconter ce pur moment d'horreur : "Au moment où le direct a commencé, et où je répondais à la première question du journaliste, j’ai été violemment pris à partie, insulté, sifflé et menacé physiquement, à tel point que le direct a été interrompu et qu’une équipe de la chaîne m’a raccompagné à la station de métro la plus proche pour garantir ma sécurité."

 

Si c'est pas trognon. Le gentil Benjamin raccompagné à son métro par des journalistes.

Enfin donc, une fois revenu chez lui, Lancar a pu dire leur fait à ces impudents. Normal, il était loin, c'est plus facile : "j’ai été horrifié par un tel degré de sectarisme et d’irrespect de la liberté d’expression de chacun." Parce que faut pas croire, il n'est pas du genre à se laisser faire par une "par une gauche moralisante et bien-pensante". Et toc, prends ça !

 

"Ce n’est pas ma conception de la démocratie" dit le garçon qui a récemment affirmé que sur la sécurité, la gauche n'a que "le droit de se taire". Comme quoi.

 

Reste que ce n'est pas normal qu'il ait été pris à partie. Il avait parfaitement le droit d'être là comme Banier, d'ailleurs. Ils voulaient juste savoir à quoi ressemble un pauvre, en vrai.

Et vous que pensez-vous de cet incident ?

Publié dans UMP FRONT NATIONAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article