Algérie : la prise d’otages se finit dans le sang avec sept otages tués

Publié le par Gérard

L’assaut a pris fin à 14h30. Les terroristes ont exécuté les sept derniers otages retenus. Bilan provisoire : 23 otages et 32 terroristes morts.

 


Capture d’écran d’un sujet de France 2, 16 janvier 2013 

L’assaut final dans l’usine gazière d’In Amenas a été donné ce samedi matin par les forces de sécurité algériennes. A 14h30 tout était fini.

Les onze terroristes encore présents ont été abattus. Auparavant, ils avaient assassiné les sept otages restants, selon les autorités algériennes. L’Algérie, fidèle à sa ligne, a choisi de ne pas négocier. Malgré les pressions internationales, elle a mené ce dernier assaut en mode commando.

Selon les autorités du pays, le groupe terroriste, auteur de la prise d’otages, était constitué de 32 éléments, dont trois Algériens, avec des spécialistes en explosifs :

« Le groupe terroriste, qui a accédé au territoire national à partir de pays limitrophes, à bord de plusieurs véhicules tout terrain, était constitué de 32 criminels, dont 3 Algériens, avec des spécialistes en explosifs. Les autres criminels sont de différentes nationalités. »

 

Un Français parmi les victimes

Samedi soir, un bilan officiel mais provisoire du ministère de l’Intérieur algérien faisait état de 23 otages morts et 32 terroristes abattus (soit l’ensemble du groupe). En outre, 685 travailleurs algériens et 107 étrangers ont été libérés.

François Hollande a apporté samedi, lors d’un déplacement à Tulle, son soutien à l’Algérie :

« Nous n’avons pas encore tous les éléments mais quand il y a une prise d’otages avec autant de personnes concernées, et des terroristes aussi froidement déterminés, prêts à assassiner – ce qu’ils ont fait – leurs otages, un pays comme l’Algérie a les réponses qui me paraissent, à mes yeux, les plus adaptées car il ne pouvait pas y avoir de négociation. »

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a confirmé vendredi soir qu’il y avait un Français parmi les otages victimes, Yann Desjeux, restaurateur à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), ajoutant que trois autres Français ont eu la vie sauve.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a dénoncé vendredi soir une attaque « haineuse » et condamné « dans les termes les plus fermes, l’attaque terroriste contre le site d’In Amenas ».


Capture d’écran Google Earth du site de Tiguentourine, Algérie

 

Des islamistes venus de Libye

Le groupe d’islamistes qui a attaqué le site gazier d’In Amenas venait bien de Libye, a pour sa part affirmé le ministre de l’Intérieur algérien Dahou Ould Kablia. L’agence de presse mauritanienne ANI affirme en revanche ce samedi qu’ils se sont inflitrés depuis le Niger.

Le site d’information algérien TSA citait une source locale dès la fin d’après-midi, confirmée dans la nuit par le gouvernement :

« Les terroristes ont pénétré sur le territoire algérien depuis nos frontières avec la Libye. Ils appartiennent au groupe Boucheneb, qui obéit aux ordres de Mokhtar Belmokhtar. Le groupe est très actif au Mali. Il a rejoint récemment la Libye avant de rentrer en territoire algérien pour exécuter la prise d’otages. »

 

Des chiffres contradictoire tout au long des opérations

Voici le rappel des principaux épisodes de cette prise d’otages de quatre jours, d’une ampleur inédite.

Jeudi soir, le ministre de la Communication algérien avait décrit la stratégie mise en oeuvre par les autorités face aux preneurs d’otages :

« Il n’y aura ni négociation, ni chantage, ni répit dans la lutte antiterroriste. »

Son lapsus restera dans les mémoires :

« L’opération a permis de neutraliser un grand nombre d’otages, euh, de terroristes. »


Capture d’écran d’un sujet de France 24 : les chars alégriens (France24.com)

Dés le début des opérations, La Norvège, le Japon et la Grande-Bretagne étaient particulièrement inquiètes du sort de ses ressortissants. Les ambassadeurs de ces pays étaient reçus ce vendredi après-midi à Alger, de même que ceux d’Autriche, du Canada et des Etats-Unis.

Publié dans Terroristes Islamiques

Commenter cet article